L’ABSENCE

20191127_1708388359049314505434597.jpg

Des absences pèsent lourd sur la conscience, au creux du ventre se réveillent d’un coup, c’est comme un trou vacant, un gouffre, une forêt noire, une jungle de solitude.
J’ai mis du temps à comprendre, à vouloir combler.
Mais rien n’y fait, aucun voyage, aucune personne, aucun lieu ne guérit ce vide ressenti.
Aucun enfant, aucun sourire.
Aucune chose.
C’est un vide de soi.
On ne peut le combler que par soi-même,  mais il convient pour cela de faire mourir les croyances, les désespoirs, et revenir à la Présence, qui n’est pas de ce monde.
Tu collectionnes les diplômes qui sont censés ramener de l’argent, pour combler ce néant, ce besoin de reconnaissance, tu fais tu fais, mais ce n’est jamais ce que tu es.
Tu cours, mais ce n’est pas ce que tu es.
Et dans ce monde, on te reconnait par ce que tu fais, et non pour ce que tu es.
Cette absence-là est le sujet de ma profession et de ma retraite spirituelle.
Valérie Mautin
05/05/2019Photo par Moi-même.

L’amour…

L’amour n’a pas besoin de mots.

Seul le silence peut répondre parfois à certaines souffrances.
L’appui, le soutien sont immémoriaux, intemporels, et ne se demandent pas, ni ne se commandent.
Ils sont là comme une fleur qui pousse dans un jardin déjà prêt, pour ceux qui voient, et attend parmi les mauvaises herbes qu’on la découvre, chatoyante à la lumière du soleil, pour ceux qui n’ont pas encore vu.
C’est un cœur blessé qui dégèlera en son temps.
C’est un cœur qui s’ouvrira, comme le dégel d’un hiver particulièrement froid.
C’est un cœur unique, c’est le tien et c’est le mien.
Ainsi, c’est le temps de semer, de ratisser, d’élargir, d’approfondir, pour sonder où se trouve la merveille qui gît là, devant toi, et à laquelle tu n’as pas encore ouvert les bras.
Valérie Mautin
02/05/2019

ECRIRE

Écrire, c’est libérer les émotions, les sentiments, les peines et les joies, c’est donner sans attente, c’est vibrer à l’unisson de ceux qui aiment lire, qui aiment chanter les mêmes notes que toi, c’est se mettre à l’évidence du cœur, c’est mourir à soi pour mieux guérir, c’est une valse, un entraînement, un enchaînement, une cascade qui coule, un papillon qui ne se pose jamais, une main qui ne saisit pas, un moment seul, un miracle, un enchantement, c’est un rocher sur l’océan qui tend son aide, c’est une délicatesse, un espoir, un mouvement de chaque parcelle du corps, un adieu, une souffrance d’enfance, un lâcher prise, un détachement, un bateau qui largue ses amarres, une plage pour méditer, une souveraineté, une légèreté.

Écrire c’est libérer, franchir ses limites, c’est magique, c’est éternel, c’est un abandon, un rouge-gorge qui sautille, un pinson coloré, c’est trouver et retrouver la lumière, Sa lumière, Sa vérité, son silence, son monde entier intérieur, c’est vivre, c’est sourire, c’est la liberté, c’est une rivière qui prend sa source dans l’infini, c’est l’inconscient dévoilé, c’est un enfant qui sourit à la vie.
Valérie Mautin.
12/04/2019

RESISTANCE


Le poids des résistances commence à peser lourd sur un cœur blessé,

Il veut retenir, passer sous silence,
Tout ce qu’il n’a pas envie d’entendre,
Il contrôle ce qu’il donne, et à qui il le donne,
Quand il le donne et où il le donne,
Où il est, il veut qu’on le retrouve,
Mais il est seul, et se sent abandonné.
Il ne comprend pas qu’il s’abandonne lui-même,
Qu’il n’y a rien d’autre qu’amour sans apesanteur,
Il ne comprend pas qu’il s’englue dans ses peurs,
Et que c’est si beau de donner sans contrôle avec une foi totale.
Il ne comprend pas combien il désespère,
Que plus il retient, plus il contrôle,
Que plus il se retire, plus il fuit,
Il ne comprend pas qu’il a barré la route,
Il ne comprend pas qu’il ferme,
Et il se sent seul et abandonné.
Valérie Mautin

JARDIN INTÉRIEUR

 

Il y a des jardins intérieurs immenses, les jardins de l’âme, directement reliés à leur Source, qui prennent naissance dans la puissance et la force de la lumière, l’accueil sans complaisance de la pluie, du vent, parfois ensevelis sous la neige, ou sous la grêle, des fleurs et des arbres, des herbes et des champs, qui chantent.

Avec un esprit clair, je dégage, je trie et j’ensemence, j’en parcours les moindres recoins, les plantes grandissent, naissent et s’épanouissent au rythme des chants d’oiseaux, des cours d’eau, ruisselants et étincelants, qui nourrissent sans en avoir l’air mon jardin intérieur.
L’état de ton jardin fait face à l’état du mien, ils se mélangent, se comprennent, se complètent, partagent leurs ruisseaux, leurs oiseaux et leurs arbustes, leurs couleurs, leurs odeurs et leurs saveurs, sans en avoir l’intention, et au fil du temps.
Dans ce profond mélange, se mêleront les aurores des printemps mélodieux aux soirs plus sombres et plus ténébreux, les orages dévastateurs, qui ne durent jamais trop longtemps, nettoieront et feront place nette pour de nouvelles plantes, qui se nourriront avec sagesse d’anciennes racines oubliées.
Alors, l’alchimie harmonieuse apaise, calme et pardonne, guérit les blessures du temps et du passé.
C’est là, à l’ombre du saule pleureur, au bord de l’étang, que la vraie rencontre avec toi se dévoile, simplement parce qu’avec moi-même, elle a déjà eu lieu.
Valérie Mautin
04/04/2019
Photo par Phillip Johnson.

L’envol de l’âme

L’immensité de ton âme s’étend soudain devant toi, tu perds tes armures tes peurs et tes réserves, tes repères et tes frontières, tu te braques par la peur du vide, livide, tu t’éloignes, te détournes, parce que tu as peur de cet inconnu tangible, qui pourtant est toi et t’appartient, entièrement et complètement.

Va, vole vers cet inconnu qui t’effraie, sourd à tes propres exigences, vole et lâche prise de tout ce qui te retient, enchante, bénis dans la grâce, trouve ta lumière intérieure, tu sais où plonger, naviguer, fais-toi confiance, refuse l’esclavage, trouve l’harmonie au milieu de ta nuit, écoute, mets ton Je à l’écart, patiente, nuance, équilibre, et comme le funambule, trouve ton calme et ta sérénité intérieure.

Alors et alors seulement, l’Amour que tu es dans cette immensité d’espace, effacera tous les obstacles que tu crois avoir devant toi, et qui t’appartiennent, juste parce que c’est toi.

Alors, et alors seulement, il ne restera que le silence.
Et le pardon.

Valérie Mautin.
27/03/2019

LA CULPABILITÉ

Beaucoup de relations se terminent mal, en voici la cause :
Tout d’abord, toute qualité négative chez soi-même ou une autre personne, sera projetée sur quelqu’un ou quelque chose d’autre.
Ensuite, chaque relation est faite pour faire naître de la culpabilité chez l’autre, il n’y a pas d’exception à cette règle.
Premièrement : Nous fondons nos relations sur le principe de manque. Nous nous croyons incomplets, donc il nous faut combler ce manque ressenti.
Deuxièmement : Nous cherchons à l’extérieur de nous-mêmes le moyen de combler ce manque, et de guérir nos souffrances.
Troisièmement : Nous trouvons des personnes spéciales, qui selon nous, vont satisfaire nos besoins, base sur laquelle se fondent toutes nos relations.
Quatrièmement : Nous avons créé une relation fondée sur la satisfaction de nos besoins, avec par exemple, un partenaire amoureux, nos enfants, un maître, nos patients, un thérapeute, etc.
Cinquièmement : La dépendance engendre le mépris. Les personnes dont nous dépendons nous rappellent sans cesse notre indignité.
Sixièmement : Lorsque nos besoins ne sont plus satisfaits, notre haine cachée pour l’autre personne surgit.
Septièmement : Cet autre est coupable pour nous. Nous allons aller chercher ailleurs de quoi retrouver à combler ces besoins non satisfaits. Une fois de plus, nous cherchons à l’extérieur de notre esprit la solution. Il y aura forcément mieux ailleurs.
Et on recommence.
D’après La guérison radicale de Michaël Dawson.

Nettoyage Energétique Lunaire



Relationnel.

Se mettre à la place de quelqu’un, c’est automatiquement lui laisser un espace.
Cette période lunaire est une période de purification intense.
C’est le moment d’en profiter.
Le but de la purification en cours, c’est la paix de l’esprit.
____

Je suis en paix, lorsque je laisse l’autre m’aimer comme il le souhaite, et que je suis en paix avec cela, que ce soit avec des échanges ou des non échanges.
Je suis en paix lorsque je ne fais plus rien pour obtenir quelque chose en retour.

____

Je suis en paix lorsque je me fiche totalement de savoir où l’autre va, parce que je vais avec lui.
Je suis en paix lorsque je sais que je ne peux plus voir de rejet, parce que ceci est absolument impossible si j’ai laissé la place à l’autre, de le connaître, de l’entendre, de m’entendre à travers lui.

____

Je suis en paix lorsque je ne suis plus blessé(e) par ses silences, même s’ils durent.
La place laissée à l’autre, entend son silence, et lui laisse de l’espace.
A travers son silence, je m’entends, et je m’écoute, comme je l’entends lui, et l’écoute lui.

____

Je suis en paix lorsque je vois toutes mes rencontres comme des apprentissages qui me rappellent là où j’en suis.

____

Je suis en paix lorsque je m’aime à travers l’autre.
Je suis en paix lorsque je m’éloigne de ceux qui me renvoient une image négative de moi-même, parce que je sais qu’en aimant vraiment, il ne doit pas exister cette image négative.
Dans la place laissée à l’autre, il ne peut pas y avoir de négatif.
Chaque fois que je ne suis pas d’accord avec quelqu’un, je suis en paix avec cela, et donc il ne peut y avoir ni rejet, ni non acceptation, SAUF si j’y décèle une image négative de moi-même.

_____

En conséquence, je suis en paix avec ceux qui m’entourent, parce que leur présence est inconditionnelle et parfois invisible, mais je sais que cela n’a rien à voir AVEC MOI, parce que tout ce que je fais, c’est leur faire de la place.

Et dans cette place, il ne peut y avoir de négatif.
Valérie Mautin
20/03/2019

Photo par Jornalagora.

HYPNOSE ET TABAC

L’addiction tabagique est un état d’esprit qui essaie de trouver un palliatif à ses manques ressentis, ses troubles anxieux sociaux, et ses blessures.
L’esprit est responsable de son addiction, et en un seul coup, la guérison s’opère, non pas grâce à l’hypnose en elle-même, mais grâce au renforcement de la puissance de l’esprit sur le corps.
L’hypnose aide à retrouver notre force intérieure, et sa puissance de direction, par chaque cellule, chaque induction donnée au cerveau.
Lorsqu’un fumeur a envie d’une cigarette après un café, même si le taux de nicotine est élevé, c’est parce que la nicotine imite l’effet des neurotransmetteurs naturels, et se fixe sur un type particulier de récepteurs, justement appelés récepteurs nicotiniques.
C’est cette fixation qui provoque la sensation de plaisir, par la production de dopamine.
Ces récepteurs étant stimulés, ils vont rester réfractaires à tout autre neurotransmetteurs. (Varma) –
Par l’hypnose, je désactive la sensation de plaisir donnée par la nicotine, et réactive les neurotransmetteurs, de façon naturelle, et sans effort.
Je plonge la personne dans un nouveau monde, un monde de sérénité et d’amour pour lui-même, de respect pour son corps, et la mise en face du fait que le tabac soit un poison.
Alors que je ne fume plus, (j’ai fumé lorsque j’étais jeune, jusqu’à un paquet par jour mais de façon irrégulière et j’ai arrêté du jour au lendemain sans aucun effort) je me vois avec mes neurotransmetteurs nicotiniques vides et propres, et je les partage avec mon patient.
Cette communion, plus le renforcement de sa Force personnelle, est hautement guérisseuse.
Valérie Mautin
18/03/2019

Les DÉCISIONS

Lorsque tu prends une décision, tu la prends pour toi, et non pas pour l’autre.
Personne n’a à te demander de la justifier.

Lorsque tu prends une décision, tu ne la prends pas pour manipuler l’autre, ou le faire agir dans un sens ou dans un autre.
Lorsque tu fais du ménage dans tes affaires, tu ne demandes pas à ton entourage d’agir dans un certain sens, sinon….
Ceci est un rapport de force.
Si tu demandes à l’autre de décider, tu lui coupes sa liberté.
Et l’amour, c’est de laisser l’autre libre.

Si la décision d’un autre ne te convient pas, tu le dis, et éventuellement tu t’éclipses, ou encore, à ton tour, tu décides, pour toi-même.

Valérie Mautin
16/03/2019